ADERMIP
32, rue des Cosmonautes
31400 TOULOUSE
Tél : 05 62 47 49 89
Fax : 05 62 47 49 85
adermip@adermip.com

 Accueil > Services de promotion > Concours innovation > Témoignage 1998
 

 

Témoignage du lauréat du Prix Michel Benech du Concours de l'Innovation 1998 :
Jean-Francois ALLIER, Président Directeur Général de HUMIREL

UN NOUVEAU TYPE DE CAPTEUR D'HUMIDITE

En quoi consiste l'innovation primée au 18ème Concours Innovation 1998 ?

Il s'agit d'un nouveau procédé de fabrication de capteurs d'humidité. Cette technologie, initialement utilisée dans le domaine militaire, se caractérise par une robustesse à toute épreuve pour un prix de revient très abordable.
Aujourd'hui, et contrairement à la mesure de température par exemple, les moyens de mesure de l'humidité dans l'air sont difficiles à mettre en oeuvre ou affectés d'une fragilité qui les rend inutilisables dans de nombreux domaines.
A côté des appareils de type hygromètre à miroir, ou psychromètres qui sont de véritables instruments de laboratoire compliqués à mettre en oeuvre, les solutions existantes pour qui veut pouvoir accéder simplement à la mesure de l'hygrométrie sont le recours à des capteurs de type " résistif " (reposant sur la variation d'une résistance avec l'humidité) ou "capacitif" (reposant sur une variation de capacité électrique) : les premiers, souvent à base d'oxydes métalliques, sont peu précis et affectés par la condensation. Les seconds possèdent souvent les qualités métrologiques requises, mais pour des prix de revient trop élevés pour de nombreuses applications.
Notre solution permet de réaliser des capteurs capacitifs, c'est à dire métrologiquement performants, à des prix de revient réduits. La clé de cette innovation, c'est l'utilisation de procédés de fabrication inspirés des techniques de la micro-électronique, lesquelles ont permis les formidables baisses de prix de revient que tout un chacun peut constater dans la vie de tous les jours.

Quelles sont les applications dans la vie de tous les jours ?

Le champ des applications est immense. Pour les raisons exposées précédemment, la mesure de l'humidité est aujourd'hui confinée aux domaines où son prix de revient n'est pas un obstacle, c'est à dire, essentiellement, le contrôle des procédés industriels. Mais de nombreux autres domaines sont à la recherche d'une mesure de l'humidité, simple, fiable et peu coûteuse : par exemple, l'électroménager, pour les sèche-linge ou la conservation des aliments, ou le contrôle de cuisson. La climatisation est un autre secteur où l'addition d'une mesure d'humidité en sus de la température, peut permettre un meilleur confort et des économies d'énergie. Autre exemple : qui n'a pas pesté contre la buée dans sa voiture ? On pourrait citer une liste très longue d'applications de type " grand-public " où la mesure d'humidité, venant souvent compléter celle de température, permet d'améliorer les performances et de réduire l'énergie gaspillée. Un phénomène que les thermodynamiciens connaissent bien, lié à l'enthalpie des systèmes en question.

Quel a été le contexte du développement de l'innovation ?

En tant que responsable du centre mondial de développement des capteurs chimiques de Motorola, situé à Toulouse, j'ai été amené à rechercher pour nos propres besoins une mesure d'humidité. N'ayant pu trouver une solution satisfaisante parmi les fabricants, nos regards se sont tournés vers une petite société du secteur de la Défense, qui avait mis au point un procédé prometteur. Notre travail a consisté à industrialiser cette approche. C'est lorsque mon employeur a décidé, l'an dernier, pour des raisons stratégiques, de stopper son effort, que j'ai décidé de créer HUMIREL et de poursuivre la mise au point et la commercialisation de nos premiers produits. Chose faite en Juin 1998, avec six mois plus tard, une quinzaine de collaborateurs et une filiale aux Etats-Unis.

Combien de temps a-t-il fallu pour mettre au point cette technologie ?

Si l'on se réfère aux tout premiers travaux, on peut dire une dizaine d'années. Mais la phase réellement active du processus de développement aura duré en fait un peu plus de cinq années.
Pour l'économie du projet, il convient de rajouter environ deux ans, temps nécessaire à nos clients pour intégrer notre produit dans leur équipement, qualifier et vendre le tout sur le marché. Aujourd'hui, la machine est lancée puisque nous avons réalisé nos premières ventes en Septembre. Mais il nous faut poursuivre nos travaux de recherche à marches forcées si nous voulons garder notre avance technologique. A cet égard, se situer en région toulousaine, avec ses pôles de recherche, ses nombreux laboratoires, son tissu de fournisseurs performants et le soutien d'organismes publics comme l'ANVAR, est pour nous un atout.

Quelles sont les bases d'une réussite comme celle-là ?

Il faut énormément de volonté et de savoir-faire. S'imposer, comme nous sommes en train de le faire, sur le marché mondial, est une tâche difficile, surtout pour une entreprise en création comme la nôtre. En supposant que vous ayez trouvé le "bon produit", il faut aussi convaincre, savoir réunir des compétences humaines variées et présenter un plan crédible de développement, technologique, commercial et financier. Tout cela requière de savoir prendre des risques calculés et de conserver rigueur dans ce que l'on fait.

Jean-François ALLIER
HUMIREL
105 avenue du Général Eisenhower
31023 TOULOUSE Cédex
Tél :
05.61.19.45.43
Fax : 05.61.19.45.53
E-Mail : j.f.allier@humirel.com