ADERMIP
32, rue des Cosmonautes
31400 TOULOUSE
Tél : 05 62 47 49 89
Fax : 05 62 47 49 85
adermip@adermip.com

 Accueil > Services de promotion > Concours innovation > Témoignage 2004
 

 

1ER PRIX LABORATOIRES ET ÉQUIPES DE RECHERCHE
Jean-Pierre Bonino, François Martin, Patrice Bacchin

DES REVÊTEMENTS COMPOSITES lubrifiants à base de talc

En quoi consiste l?innovation primée ?

Notre innovation concerne un procédé d?incorporation de particules de talc dans un métal, dans le but d?élaborer des revêtements composites à faible coefficient de frottement.
Le talc, est un minéral constitué d?un empilement de feuillets dont les faibles liaisons permettent à ces derniers de glisser les uns par rapport aux autres dès qu?une contrainte leur est appliquée. Ainsi, dans des ensembles mécaniques, lorsque deux surfaces en contact, revêtues d?un composite à base de talc, sont soumises à des efforts de frottement, les feuillets de talc libérés à l?interface permettent d?abaisser le coefficient de frottement et de limiter les taux d?usure.

Quelles sont les applications ?

Depuis quelques années, il apparaît un besoin industriel fort concernant des revêtements alternatifs aux dépôts de cadmium et de chrome dur. Ainsi, la société TURBOMECA-Groupe Snecma, envisage d?utiliser ces revêtements composites à base de talc pour le remplacement du cadmium dans la visserie aéronautique. Il faut savoir que les traitements de cadmiage pour l?aéronautique représentent, à ce jour, plusieurs millions d?euros en France et pour notre partenaire, Mécaprotec-Industries, ce nouveau revêtement devrait remplacer environ 20% de ces opérations lorsque des propriétés de lubrification sèche doivent être associées à un effet protecteur contre la corrosion. Ces revêtements offrant aussi la possibilité d?accroître la fiabilité et la qualité de pièces soumises à des sollicitations extrêmes (température et milieu corrosif ), il est dès à présent envisagé de développer d?autres applications dans l?aéronautique et l?espace, le nucléaire, les transports terrestres, mais également la connectique.

Un organisme interface vous at- il accompagné dans votre démarche ?

Le Module de Haute Technologie de l?Université Paul Sabatier qui est un service commun dédié à la valorisation de la recherche et au transfert de technologie dans le domaine de la chimie a joué un rôle important dans ce projet comme dans de nombreux projets développés par le CIRIMAT* et le LGC**. Il a permis grâce à ses installations pilotes de traitement de surface de réaliser les premières éprouvettes nécessaires à la qualification du procédé et des revêtements par nos partenaires industriels.

Combien de temps a-t-il fallu pour mettre au point cette nouvelle technologie ?

Ce projet a débuté en 1998. Il a reçu un soutien pour une durée de deux ans dans le cadre du Programme Matériaux du CNRS. Suite à ces premiers travaux, un Programme de Valorisation du CNRS a permis d?accompagner l?action de recherche d?un poste d?Ingénieur de Valorisation, pour une durée de 1 an et demi, dans le but d?optimiser le procédé et les propriétés lubrifiantes des revêtements. Cette démarche, au départ purement académique, a rapidement été soutenue par le secteur économique et en particulier la société Luzenac-Europe, premier producteur mondial de Talc. Depuis 2002, dans le cadre d?un programme soutenu par la Région Midi-Pyrénées, les sociétés Mécaprotec-Industries, PME de sous-traitance en traitement de surface, et la société TURBOMECA-Groupe Snecma motoriste aéronautique se sont associées à ces travaux. A cette occasion le LGP*** de l?ENI de Tarbes a intégré le projet dans le but de caractériser les propriétés tribologiques de ces nouveaux revêtements.

A votre avis quelles sont les raisons qui sont à la base d?une réussite comme celle-là ?

Le désir de créer sans doute, mais surtout au départ le plaisir de partager des connaissances avec des collègues de disciplines scientifiques différentes. Dans ce projet, les trois protagonistes avaient des thématiques scientifiques si éloignées qu?ils auraient pu s?ignorer ou du moins trouver dans celui-ci un unique intérêt alimentaire. Au contraire, chacun apportant sa part de connaissance, nous nous sommes rapidement rendu compte que celui-ci pouvait être le terreau de nouvelles idées émergentes.

Une autre condition de la réussite du programme a été le soutien accordé par le CNRS dans le Programme Matériaux, sans lequel ces travaux n?auraient jamais pu débuter. Six ans après, les résultats sont là : un transfert industriel est en cours et de nouveaux programmes de recherches amonts sont lancés. Nous voudrions également exprimer toute notre reconnaissance aux acteurs, stagiaires, contractuels et doctorants du projet, pour leur enthousiasme. Au-delà des retombées scientifiques et technologiques, nous éprouvons une grande satisfaction de voir à ce jour certains d?entre eux intégrés dans les sociétés partenaires du projet (deux conventions CIFRE signées par Luzenac-Europe et Mécaprotec-Industries et l?embauche d?un Docteur en Sciences des Matériaux, par la société TURBOMECA- Groupe Snecma, au sein de laquelle il a en charge l?intégration de ces nouveaux revêtements dans des systèmes de propulsion aéronautique.

*CIRIMAT : Centre Interuniversitaire de Recherche et d?Ingénierie des Matériaux/CNRS/INPT/UPS
**LGC : Laboratoire de Génie Chimique/CNRS/ UPS/INPT
***LGP : Laboratoire Génie de Production/ENIT

CONTACTS :
Jean-Pierre Bonino -
Ingénieur de Recherche
CIRIMAT/CNRS/INPT/UPS
118 route de Narbonne
31062 Toulouse Cedex
Tél : 05 61 55 62 84
Fax : 05 61 55 61 63
E-mail : boninopj@chimie.ups-tlse.fr
Site : http://www.cirimat.cnrs.fr


 
 

1ER PRIX PME - PMI
Christophe Furger

LE FLUOSPECTRANALYSER : Outil innovant d?aide à la décision dans la découverte de nouveaux médicaments

NOVALEADS a développé et protégé une technologie de fluorescence, nommée CYME, qui permet pour la première fois de quantifier en temps réel l'effet cellulaire de candidats médicaments ou plus généralement de molécules agissant sur des cibles cellulaires. Les produits issus de la technologie CYME sont des tests cellulaires. Ceux-ci s'intègrent dans les programmes de criblage moléculaire et apportent des informations permettant aux industriels de sélectionner avec pertinence les molécules qui ont les meilleures chances d'atteindre ultérieurement le marché.

Où se situe l?innovation ?

Les tests cellulaires présents sur le marché sont pour l'essentiel basés sur l'analyse d'images. Celle-ci possède l'avantage de rassurer l'opérateur qui visualise directement l'effet attendu en observant la fluorescence dans la cellule par microscopie. Mais ce type d'analyse reste cependant très subjectif (les cellules ayant des morphologies très variables et imprévisibles) et peu ou pas quantitatif. De plus, l'acquisition d'images est "lourde", prend du temps (de l'ordre de la seconde) et reste, en conséquence, peu adaptée au haut débit.

Pour s'affranchir des difficultés de l'analyse d'images, NOVALEADS propose une analyse "spectrale" de l'échantillon. Basée sur la micro-spectro-fluorimétrie cette approche est quantitative et statistique. L'acquisition de spectres est 10 fois plus rapide que l'acquisition d'images et permet d'analyser les événements cellulaires en temps réel et à haut débit. Elle est particulièrement bien adaptée pour suivre les événements rapides et transitoires mis en place par la cellule sous l'effet, par exemple, d'un candidat médicament. Précisons que cette approche est déjà utilisée par les industriels pour détecter des variations de calcium intracellulaire, un des événement majeur de la signalisation cellulaire associée à l?effet des médicaments. Avec l?apport de la technologie CYME, l?approche « spectrale » devient généralisable à l'ensemble de la signalisation cellulaire, ouvrant la voie à la commercialisation de nombreux tests, dont quatre sont déjà sur le marché.

La place de l?innovation sur le marché des tests cellulaires

Nos clients sont principalement les grands comptes de l?industrie phamaceutique et les acteurs de la dermo-cosmétique, même si des applications sont également envisageables sur le secteur de l'agro-alimentaire et de l'environnement.

Notre activité se résume actuellement à la réalisation de prestations de services. Ce modèle commercial conserve tout son sens pour l?évaluation de molécules à usage cosmétique ou le traitement de molécules déjà brevetées par les industriels pharmaceutiques. Cependant, pour d?évidentes raisons de confidentialité, ces derniers se montrent réticents à externaliser les phases de criblage qui interviennent avant le dépôt de brevet. D?où la nécessité, pour atteindre ce marché, de développer le FluoSpectrAnalyzer, plateforme d'analyse spectrale à haut débit qui sera commercialisée à l'horizon d'un an.

Stratégie moyen terme

A terme, notre stratégie consiste à nous associer avec un "intégrateur" de technologies déjà positionné sur ce segment. Ce pourrait être par exemple un constructeur de plateformes de criblage à haut débit à qui nous pourrions apporter de nouvelles fonctionnalités en échange d'un accès facilité au marché.

CONTACT
Christophe Furger - Directeur
Novaleads
CEEI Théogone, 10 avenue de l’Europe
31520 Ramonville Saint-Agne
Tél : 05 61 28 81 40
E-mail : info@novaleads.com

 

 

1ER PRIX LYCÉES TECHNOLOGIQUES ET PROFESIONNELS
Guy Charmolue, Alain Marchesin, Bernard Mayeur, Gérard Tuizat

Ligne semiautomatique pour nettoyer l?ail : POSTE DE FINITION

En quoi consiste l'innovation primée ?

Les producteurs d?ail de la LOMAGNE éprouvent de plus en plus de difficultés économiques et la survie de la production, très ancrée dans la tradition de cette région, est actuellement en jeu.

En effet, la finition manuelle au couteau nécessite une main d?oeuvre saisonnière (de juillet à novembre) de plus en plus rare et trop onéreuse compte-tenu de la concurrence étrangère.

L?innovation primée doit permettre aux producteurs de la Lomagne de se maintenir sur le marché de l?ail.

A quoi sert-elle ?

Le poste semi-automatique de finition permet à deux producteurs présents sur l?exploitation d?assurer le nettoyage final sans main d?oeuvre complémentaire. Il permet de doubler la cadence de production et de ce fait suffit aux producteurs locaux.

Un organisme interface vous a-t-il accompagné dans votre démarche ?

Deux organisations de producteurs de BEAUMONT de LOMAGNE (ALINEA ; SICA APCL) ont assuré la diffusion de l?enquête.

La Chambre d?Agriculture du TARN et GARONNE et la Communauté des Communes de la LOMAGNE TARN et GARONNAISE ont assuré le lien entre les producteurs, les organisations professionnelles et le Lycée BOURDELLE.

Combien de temps a-t-il fallu pour mettre au point cette nouvelle technologie ?

Huit étudiants ont consacré chacun 240 heures réparties entre septembre 2003 et juin 2004 à l?étude et la réalisation de ce projet.
L?usinage de certaines pièces en soustraitance, la soudure et la peinture du bâti ont nécessité environ 100 heures. L?équipe pédagogique (4 professeurs) a consacré plus de 100 heures en réunions de projet, et visites sur site.

A votre avis quelles sont les raisons qui sont à la base d?une réussite comme celle-là ?

La démarche prospective effectuée tant au niveau des brevets (recherche sur internet, site de l?INPI) que des pratiques et besoins sur le terrain (enquête auprès de 600 producteurs, visites).

L?analyse du besoin et la recherche d?un produit plus proche du petit producteur, les solutions proposées à travers les brevets étant trop ambitieuses et de ce fait inabordables financièrement.

Le choix de solutions purement mécaniques plus prisées dans le monde agricole.

Un choix pertinent de brosses.

Une aide financière de la part du Conseil Régional et de l?ANVAR Midi-Pyrénées, du Conseil Général du Tarn et Garonne, de la Communauté des Communes de la Lomagne Tarn et Garonnaise.

A votre avis quelles sont les raisons qui sont à la base d'une réussite comme celle-la ?

CONTACT
Philippe Kalinowski - Chef des travaux
Lycée Antoine Bourdelle
3 Bd Herriot, BP 374
82003 Montauban Cedex
Tél : 05 63 92 63 19
Fax : 05 63 92 63 48
E-mail : philippe.kalinowski@ac-toulouse.fr

 

 

1ER PRIX CRÉATEURS D?ENTREPRISE INNOVANTE
Jacques Debiez, Jean-Claude Escriva

LEXSAFE, le scellement du cahier de laboratoire (Traçabilité et Preuve) pour protéger le patrimoine des Laboratoires.

En quoi consiste l'innovation primée ?

Elle consiste dans le développement d?un équipement (LexSafe) capable d?enregistrer, de dater, de sceller et de conserver des données informatiques en confiance, afin que le concept de l?Original ne soit plus exclusivement réservé au papier ou à la signature électronique.

LexSafe, comporte des protections physiques et chimiques le rendant unique, infalsifiable, induplicable et des protections électroniques détectant toute tentative de corruption.

LexSafe, est doté d?un contrôle d?accès qui apporte la confidentialité pour la gestion des données nominatives, secrètes ou confidentielles.

LexSafe, enregistre toutes les Entrées / Sorties de façon à conserver les traces de l?ensemble des évènements autour des documents qu?elle protège.

LexSafe, par son sceau interne, garantit la protection des données. En cas de vol, cellesci restent inaccessibles et illisibles.

LexSafe, assure un monitoring qui permet la conservation des informations sur des périodes importantes (jusqu?à 20 ans).

LexSafe, est la première réponse matérielle à la « Loi habilitant le gouvernement à simplifier le droit » dans son article 3, en créant l?ORIGINAL ELECTRONIQUE non signé, comme preuve irréfutable.

Quelles sont les applications dans la vie de tous les jours ?

Aujourd?hui la quasi-totalité des documents papier est, à la base, issue de l?informatique. LexSafe permet de garder chez soi un document dématérialisé, en toute sécurité, en assurant le «rôle de tiers de confiance».
Le nombre d?applications pour ce type de produit est donc très important mais nous souhaitons prendre pied en premier lieu dans le domaine de la Santé.
Pour les bio-technologies ou les entreprises du domaine de la Recherche, il peut s?agir de disposer d?un équipement remplaçant un cahier de laboratoire papier en assurant tout aussi bien la protection du patrimoine intellectuel & industriel qu?à démontrer formellement des antériorités sur des travaux (type enveloppe Soleau).
Par extension, les applications clientes seront celles pour lesquelles l?enregistrement de données est crucial et dont les processus se déroulent sur des périodes longues (ex : de la recherche fondamentale à l?Autorisation de Mise sur le Marché pour une molécule). Nous pensons également à d?autres problématiques comme celles des assurances auxquelles sont confrontés les praticiens, aux dossiers médicaux,?

Notre deuxième objectif est de prendre pied également dans les activités de l?administration qu?il s?agisse de problématiques légales, de dispositifs de «Main courante» et «parapheurs», de gestion et de suivi de processus dématérialisés, de gestion de données confidentielles ou secrètes ?

Enfin tous les cas où, pour un équipement complexe, le fournisseur livre des plans et des documents papier bien moins riches et complets que les fichiers qui en sont à l?origine (exemple d?une impression de fichier représentant un objet en 3 dimensions ! ) dans des volumes (parfois 2 à 3 containers) et à des coûts démesurés.

Un organisme interface vous at- il accompagné dans cette démarche ?

Tout a commencé grâce au concours du Ministère de la Recherche.
Pour l?accompagnement, si l?on devait n?en citer qu?un, ce serait l?Incubateur Midi- Pyrénées qui a hébergé le projet depuis décembre 2003 et qui nous a prodigué de nombreux conseils.
Il ne faut pas pour autant oublier le Laboratoire d?Informatique Industrielle de l?ICAM, qui nous a permis de valider techniquement, les concepts qui faisaient partie de l?innovation, dans un temps record et avec un très grand professionnalisme.
Enfin, un clin d?oeil malicieux aux professeurs du Mastère Gestion de l?Innovation de l?IAE UT1 de Toulouse, qui nous ont permis de nous aguerrir dans de multiples domaines.

Quelles perspectives pour LexBox ?

Nous avons finalisé notre plan de recrutement et l?entreprise est sur les rails pour engager la phase d?évaluation.
Celle-ci va se traduire par la formalisation de conventions de collaboration que nous signerons avec un nombre limité de partenaires. Ceux-ci auront un accès privilégié à l?équipe technique et participeront aux spécifications fonctionnelles afin de personnaliser LexSafe dans le cadre de leur application métier.

Après il s?agira pour nous de valider les différents canaux de distribution que nous avons imaginés, et d?entreprendre la tâche de nouveaux développements pour de nouveaux produits?

CONTACTS
Jacques Debiez – Président Directeur Général
LEXBOX
3 avenue Didier Daurat - 31400 Toulouse
Tel : 05 62 47 15 81
Fax : 05 62 47 15 84
E-mail : contact@lexbox.fr
Site : www.lexbox.fr

 

 

1ER PRIX INVENTEURS INDÉPENDANTS
Jean-Paul Taillefer, Christian Migrenne, Bernard Amalric

AGRAFE D?ÉPINGLAGE à blocage par bague fendue

En quoi consiste l'innovation primée ?

Il s?agit au départ d?une agrafe d?épinglage généralement utilisée dans le domaine de l?aéronautique pour les fixations temporaires assurant par exemple la mise en place d?éléments de structure de fuselage d?avion avant leur assemblage définitif par rivetage. Mais d?une manière beaucoup plus large, l?innovation peut être applicable pour des fixations définitives, pouvant être posées ou déposées très rapidement dans quelque domaine mécanique que ce soit : l?aéronautique bien sûr, mais aussi l?automobile ou l?utilisation par le grand public.

L?agrafe à blocage par bague fendue est constituée seulement de deux ou trois pièces suivant la version, ce qui la rend très économique. Sa conception permet à partir d?un seul modèle de couvrir une grande latitude d?épaisseur à serrer. Son principe de blocage très original la rend particulièrement compacte, résolvant ainsi de nombreux problèmes d?accessibilité. L?autre avantage très significatif est son principe qui permet de garantir un effort de serrage parfaitement contrôlé et préalablement réglé sur l?outil de pose.

A quoi sert-elle ?

Cette invention très innovante présente un fort potentiel dans le domaine de l?aéronautique mais pourrait être envisagée pour remplacer certains assemblages par rivetages avec un avantage de taille qui est la possibilité d?être démontée et donc réutilisable. Comparée à un assemblage de type vis écrou, cette fixation reste très tolérante à des sollicitations en fatigue ou aux vibrations du fait qu?elle ne possède aucun filetage.

Quelles sont les applications dans la vie de tous les jours ?

En dehors du domaine professionnel de l?aéronautique pour lequel l?agrafe à bague fendue est spécifiquement dédiée, il est clair que l?application pour des fixations non plus temporaires mais à usage définitif est sans limite. Certes, l?outil de pose ou de dépose n?est pas une simple clef à molette ou une clé conventionnelle de mécanicien, mais un outil « grand public » est en étude précisément pour généraliser l?utilisation de ce type de fixation.
Finis les démontages rendus impossibles par la rouille où quelquefois c?est un véritable casse tête pour empêcher la rotation de la vis lorsque l?on veut dévisser l?écrou. Ici pas de problème tout se passe en exerçant des forces dans la direction de la fixation.

Un organisme interface vous a-t-il accompagné dans cette démarche ?

L?invention fait bien sûr l?objet d?un dépôt de brevet français à l?INPI. Deux principaux partenaires manifestent à ce jour un grand intérêt pour notre innovation : la société RECOULES, filiale du groupe international COOPER TOOLS (Un groupe de 34000 personnes), spécialisée dans l?outillage aéronautique, et qui envisage de diversifier son activité dans le domaine des épingles de fixation temporaires. Ce groupe très intéressé par notre innovation a financé la réalisation de prototypes et d?essais préliminaires qui ont donné des résultats encourageants. La société RECOULES étudie actuellement un outil de pose pour ces agrafes d?épinglage.
Ateliers de la Haute Garonne (AHG), fabriquant de rivets pour l?aéronautique et l?automobile voit un grand espoir dans notre invention. AHG fabrique plus de 4 millions de rivets par jour pour Airbus, Dassault, BOEING et pour les principaux avionneurs du monde. AHG explore actuellement, à l?aide d?outils de simulation numériques performants, le potentiel industriel que pourrait représenter ce nouveau concept de fixation.

Combien de temps a-t-il fallu pour mettre au point cette nouvelle technologie ?

On peut considérer que la mise au point et la validation du principe à partir de prototypes a duré un an. Des simulations par calcul aux éléments finis ont été entreprises afin de vérifier la performance du produit. Une première série de prototypes a démontré la parfaite aptitude pour ce type de fixation à répondre à l?ensemble des exigences requises.

A votre avis, quelles sont les raisons qui sont à la base d?une réussite comme celle-là ?

La raison première de développer ce nouveau type a été en premier lieu technique car les agrafes d?épinglage existantes, du moins celles qui nécessitent des performances mécaniques élevées sont complexes et encombrantes. La deuxième raison découle naturellement de la première, c'est-à-dire rechercher une solution innovante plus économique. La grande satisfaction est que ce nouveau concept pourrait déboucher sur un domaine plus large qu?initialement prévu.

CONTACTS
Christian Migrenne
11 rue Durand ? 31000 Toulouse
Tél :05 61 57 39 05
Fax : 05 61 47 41 79
E-mail : migrenne.christian@wanadoo.fr